QU’EST CE QUE C’EST LA SEP?

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie chronique qui affecte le cerveau et la moelle épinière. La SEP peut entraîner une variété d’effets invalidants, y compris la perte d’équilibre, le contrôle musculaire, la vision et la sensation. Avec la SEP, les nerfs du cerveau et de la moelle épinière sont endommagés par son propre système immunitaire. Par conséquent, la SEP est considérée comme une maladie auto-immune.

Les maladies auto-immunes sont celles dans lesquelles le système immunitaire du corps, qui cible normalement et détruit des substances étrangères telles que des bactéries, attaque par erreur les tissus normaux. Chez les victimes de la SEP, l’infection qui lutte contre les globules blancs entre dans le système nerveux et cause des blessures aux deux composants du système nerveux central, du cerveau et de la moelle épinière.

La SEP affecte la capacité des cellules nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière à communiquer entre elles. Tous les nerfs dans le corps sont protégés par une substance grasse appelée Myéline, qui aide à la transmission des impulsions nerveuses entre le cerveau et d’autres parties du corps. La SEP provoque des dommages à cette couverture protectrice, ce qui fait que le cerveau devient moins capable d’envoyer et de recevoir des messages. Cela se traduit par une large gamme de symptômes débilitants que subissent les victimes de SEP.

Le nom «sclérose en plaques» se réfère à l’accumulation de tissu cicatriciel (sclérose) causée par l’endommagement de la gaine de myéline protectrice. Ce processus est la déshumanisation des appels et peut être progressif dans le temps. Bien que les nerfs puissent guérir et regagner la myéline, le processus de régénération n’est pas assez rapide pour dépasser la détérioration de la SEP.

La sévérité des symptômes et le cours de la sclérose en plaques varie selon les individus, selon l’emplacement et l’étendue de la démyélinisation. La sclérose en plaques peut éventuellement provoquer un déclin progressif, allant de l’engourdissement et des troubles de la marche à la dépendance à l’égard d’un fauteuil roulant et d’autres personnes pour chaque soin de jour.